Cet article est une contribution libre d'un habitant ou d'une habtitante d'Oloron et du territoire. Cliquez ici pour proposer vos contributions.

parJean-Luc CHATAIN

Le logement est un besoin fondamental et représente un budget conséquent pour les ménages. Un équipement minimum est nécessaire pour assurer la sécurité et la salubrité de ces logements, mais le confort dépend également de la conception architecturale et de l’aménagement de l’espace, de la qualité des matériaux et de leur mise en œuvre, de l’esthétique et de la décoration…

Cet aménagement et les travaux nécessaires à ce confort représentent un coût que beaucoup de ménages sont en difficulté de pouvoir assumer, et l’une des solutions pour pouvoir améliorer cet habitat passe par l’auto-rénovation et l’auto-réhabilitation. Faire les travaux soi-même permet de réduire les coûts de main-d’oeuvre et d’avancer pas à pas en fonction du budget disponible…

Pour entreprendre des travaux plus importants ou qui demandent d’autres compétences, il est également possible d’organiser un chantier participatif en faisant appel à de l’aide l’extérieure ! Cette pratique existe depuis la nuit des temps et dans toutes les sociétés les humains se réunissaient pour réaliser des travaux solidairement, construire des maisons, des granges, des espaces collectifs, pour les travaux des champs…

Même si dans nos sociétés industrielles ces pratiques ont largement laissé la place aux entreprises professionnelles, aux experts et aux spécialistes, on a vu se maintenir ici et là des activités solidaires et l’organisation de travaux par des structures associatives et collaboratives.

Ainsi après guerre, le mouvement des « Castors » a permis la reconstruction et la construction de nombreuses maisons et logements. Aujourd’hui, les chantiers participatifs sont très utilisés dans la construction écologique.

Actuellement, nous voyons un nouvel engouement pour le « bricolage », et même si le bricolage procure le plaisir de la création, il n’en garde pas moins une raison économique et devient souvent indispensable pour améliorer son habitat… Le bricolage collaboratif se développe également !

Il semble donc intéressant et pertinent de pouvoir proposer un accompagnement à la rénovation et à la réhabilitation des logements, depuis la conception du projet jusqu’à la réception des travaux, en passant par les dossiers d’aides et de subventions et par l’organisation du chantier lui-même !

La rénovation participative des logements dégradés et insalubres

Chacun apprend et se forme, reçoit une aide et peut ensuite donner à son tour.

Par ailleurs, la question du logement, et notamment de la qualité du logement, est une question prégnante pour les personnes en situation de précarité.

Malgré l’existence d’aides financières, nombre de personnes n’ont pas accès à ces dispositifs publics parfois par manque d’information, mais aussi par « phobie administrative » ou à cause de problématiques personnelles, sociales, ou médicales…La rénovation de ces logements peut se faire de manière participative et solidaire à toutes les étapes du projet, chaque bénéficiaire pouvant à son tour aider ensuite sur d’autres chantiers.

Chacun apprend et se forme, reçoit une aide et peut ensuite donner à son tour.

Cette participation collaborative favorise aussi un processus de remobilisation, resocialisation, réinsertion, et restauration de l’image de soi…

L'ARA (Auto-Réhabilitation Accompagnée)

Les aides sont (…)octroyées aux propriétaires aux revenus très modestes en vue de soutenir leurs projets de rénovation.

Dans le cadre de l’auto-réhabilitation accompagnée ou ARA, les personnes pourront se faire assister par un professionnel et par des associations, ou par certaines institutions administratives.

Par ailleurs, les ménages précaires sur le plan énergétique et qui disposent de ressources réduites peuvent prétendre à des aides de l’ANAH (Agence nationale de l’habitat) pour concrétiser leur projet.

Ce concept est ainsi très intéressant pour de nombreux ménages, même si le programme financé par l’ANAH est encore en phase d’expérimentation. L’ARA est mise en œuvre depuis plusieurs années, mais c’est en 2015 que l’ANAH a commencé à soutenir financièrement les rénovations.

Quelques projets pilotes ont été lancés cette année là, et depuis, cette agence subventionne une centaine d’aides expérimentales par an jusqu’en 2019. Les travaux sont souvent menés dans le cadre d’un programme « Habiter mieux », d’un Programme d’intérêt général (PIG) ou d’une Opération programmée pour l’amélioration de l’habitat (OPAH). Les aides sont alors octroyées aux propriétaires aux revenus très modestes en vue de soutenir leurs projets de rénovation.

Propositions

Création d’une structure locale sur Oloron-Sainte-Marie permettant d’aider les propriétaires et les locataires à rénover les logements, en autoconstruction et chantiers participatifs d’entraide.



Retrouvez l'ensemble des propositions de la Liste Citoyenne Oloron 2020 pour plus de Justice Sociale sur Oloron et le territoire


Privacy Preference Center