La Liste Citoyenne Oloron 2020 a été contactée par France 3 Nouvelle-Aquitaine, pour participer à un débat télévisé à Bordeaux le 18 juin, dans le cadre du second tour des élections municipales 2020.

Le débat est un temps fondamental de l’exercice de la vie démocratique. Aussi, lors du premier tour, nous avions répondu favorablement à cette même invitation, mais en regrettant profondément son impact très négatif sur l’environnement et les personnes concernées, dans la mesure où les quatre candidats oloronais doivent se déplacer jusqu’à Bordeaux alors que les studios de Pau permettaient largement l’organisation de ce débat.

De plus, ce débat du premier tour a été coupé en plein milieu par la réalisation de France 3. Adressant ainsi aux téléspectateurs, un manque de respect et de considération parfaitement regrettable, et en donnant aux participants, le sentiment d’être venus pour rien.

Nous allons donc demander à la rédaction et la production de France 3 de bien vouloir organiser le débat du second tour à Pau, dans des conditions logistiques nettement plus raisonnables, et sur une plage horaire qui ne prive pas cette fois-ci les téléspectateurs de la moitié des échanges.

Nous avons contacté les trois candidats au second tour des élections municipales 2020 à Oloron Sainte-Marie, pour connaitre leur avis et leur proposer d’adresser, à France 3, une demande allant dans le même sens que la nôtre.

Hervé Lucbéreihl et Daniel Lacrampe ont confirmé partager notre point de vue et avoir l’intention d’effectivement solliciter France 3 dans le même sens que nous. Bernard Uthurry nous a communiqué qu’il préférait attendre.

La Liste Citoyenne Oloron 2020 tient à réaffirmer son attachement à la tenue de débats, qui sont des moments clés de la période électorale. C’est grâce à eux, entre autres, que les électrices et les électeurs peuvent comparer les propositions et se forger l’intime conviction qui guidera leur choix le jour du vote.

Nous remercions tout particulièrement l’ensemble des médias télévisions, radios, presse écrite et internet, qui organisent ces débats, du mieux possible, et garantissent ainsi un espace d’expression et de vitalité à la démocratie. Nous leur sommes reconnaissants.